Contenu des Ateliers :
quelques axes de travail

 

- Jeux d'échauffement, de mise en confiance du groupe : chansons à répondre, improvisations vocales, etc.

 

- Jeux d’écoute, d’éveil de l’imaginaire : courtes improvisations collectives, à partir de « contraintes libératoires », d’un mot, d’une photo…

 

- Réveil des images, des sensations, à partir d’un souvenir personnel… Réveiller une mémoire corporelle.

 

- Réfléchir au sens de l’histoire, à ce qu’elle me fait, pourquoi je l’ai choisie, comment transmettre ce qu’elle me fait ?

 

- Évaluer ensemble la transmission des images, des sensations.

  (le conteur en donne- t’il assez, ou trop ?)

 

- Trouver l’équilibre entre les positions de narrateur, la place des personnages, la relation avec le public.

 

- Trouver la bonne vitesse entre les mots, les gestes et les silences qui en disent long.

 

- Observer la vitesse de déroulement de l’histoire, son rythme global, la juste place des événements dans le fil de l’histoire.

 

- « Se faire un film » : se projeter des images et des sensations pour les partager ensuite.

 

Parce qu’avant de raconter, le conteur a été le témoin de ce qu’il raconte, il l’a rêvé assez fort pour « se faire un film »,

nous jouerons le jeu du cinéaste…

Nous explorerons toutes les étapes de la réalisation de notre « film », depuis le scénario jusqu’à la projection..

La production ne reculera devant aucun sacrifice : nous aurons carte blanche…budget illimité…

Nous commencerons par le découpage des scènes, le choix des décors et des paysages, nous procèderons au casting des personnages (leur costume, leur dégaine, nous leur donnerons des indications précises sur leur passé, leur état d’esprit, la situation dans laquelle ils se trouvent..), nous déciderons du placement de la caméra, de ses angles de vue, de ses mouvements, de la lumière, du son… pour finir par le montage et la projection.